Archivée - Histoire de réussite : Construction de laboratoires mobiles en Arctique

Renseignements archivés

Cette page a été archivée dans le Web. Les renseignements archivés sont fournis aux fins de référence, de recherche ou de tenue de documents. Ils ne sont pas assujettis aux normes Web du gouvernement du Canada et n'ont pas été modifiés ou mis à jour depuis leur archivage. Pour obtenir ces renseignements sous une autre forme, veuillez communiquer avec nous.

Emplacement du projet : Cambridge Bay (Nunavut)
Programme : Investissements stratégiques dans le développement économique du Nord (ISDEN)
Secteur : Innovation et technologies propres

L'Arctic Research Foundation, organisme sans but lucratif privé, a reçu une subvention de 1,75 million de dollars de CanNor pour construire, à partir de conteneurs maritimes remis à neuf, six laboratoires mobiles à Cambridge Bay et à Gjoa Haven, au Nunavut. Ces laboratoires mobiles permettent aux scientifiques de faire de la recherche directement en Arctique dans les domaines des sciences de la Terre, de l'archéologie, de la pêche et de l'océanographie. En plus d'être facilement transportables, ces installations sont dotées des systèmes de production d'énergie solaire et éolienne qui les rendent entièrement autonomes dans les régions arctiques isolées.

Les laboratoires mobiles de l'Arctic Research Foundation contribuent à la recherche et au développement économique du Nord. Ils ont notamment joué un rôle important dans la découverte du HMS Erebus en 2014. Ces installations novatrices permettent aussi aux collectivités locales de partager leur savoir inuit avec les scientifiques pendant les travaux. Grâce à la souplesse que procurent ces laboratoires mobiles autonomes, la recherche peut être effectuée sur place, ce qui réduit le temps entre le prélèvement et l'analyse des échantillons. L'Arctic Research Foundation montre aussi aux Inuit de la région de Kitikmeot comment appliquer des techniques de recherche dans les secteurs de la pêche, de l'exploitation minière et du tourisme.

Les travaux menés dans les laboratoires arctiques ont aussi des retombées économiques : découverte de nouveaux gisements de stéatique pour les artisans locaux, meilleure compréhension de l'écosystème marin, développement durable de l'industrie de la pêche dans la région, etc. Ces laboratoires mobiles servent déjà de modèles à Environnement Canada, qui veut aménager des installations semblables dans le Nord pour ses prévisions météorologiques.

Date de modification :